Interview Daysk Start Up

Après avoir interviewé YUGO, nous sommes allés à la rencontre de DAYSK. Daysk c’est un peu le Airbnb des espaces de coworking. L’application aide les professionnels à trouver et réserver, des espaces de travail, en les géolocalisant sur une carte interactive.

La semaine dernière nous avons rencontré Julien et Ben, les deux fondateurs de Daysk. Respectivement CEO et CTO, ces deux entrepreneurs issus du monde des IT, ont unis leurs compétences pour mettre au point cette plateforme. Celle-ci propose donc un réseau étoffé d’emplacements de travail à louer. Une solution clé en main tant du point de vue des managers et de leur problématique de gestion d’espaces que pour les travailleurs indépendants, désireux de trouver un lieu adapté à leur quotidien professionnel.

Simple et pratique, l’application a pour vocation de simplifier la vie de ses utilisateurs. Elle géolocalise un bon nombre d’emplacements de coworking existants, mais également les espaces de travail disponibles (café, lieu privé…) dans la ville sélectionnée et propose de les réserver. Sélectionnés « pépites French Tech Barcelona » lors du Mobile World Congress en février dernier, BE INFLUENT revient sur la création de cette application innovante et le dynamisme de ses deux créateurs.

Interview de DAYSK

Vous vous connaissez depuis longtemps ?

Ben : Oui ça fait un moment que nous nous connaissons. Nous étions à Softonic tous les deux. On fait un bon binôme. Julien a une vision business et marketing et moi j’ai les compétences techniques. Je me suis occupé de tout le développement de l’application.

Quand l’application a-t-elle été lancée ?

Ben : la société a été constituée en octobre 2016, l’application a été lancée un petit peu avant ça. L’appli évolue chaque jour et aide les entreprise à s’adapter aux problématiques de la mobilité.

Comment vous est venue l’idée de Daysk ?

Ben : Elle nous est venue naturellement, par notre expérience professionnelle respective. Moi, je travaillais depuis la maison (ou depuis des coworking). Je travaillais en remote pour une entreprise qui était à Cordoba et j’avais ce besoin de sortir de chez moi pour voir des gens, pour prendre l’air. Aller dans le même coworking tous les jours, ce n’est pas quelque chose qui m’intéressait. Je voulais pouvoir changer d’espace, au gré de mes envies. Me rendre dans un espace de travail partagé le soir parce qu’un évènement qui m’intéressait y était organisé et le lendemain m’installer dans un autre pour une journée ou deux. C’est cette nécessité de choisir librement des lieux différents et inspirants pour travailler qui s’est imposée à nous. J’étais aussi déjà sensibilisé par mon ancienne boîte, qui m’allouait 70€ par mois de dépenses de coworking. L’idée était là.

Julien : J’étais dans une dynamique un peu similaire. Consultant pendant deux ans en freelance, constamment en déplacement, j’avais souvent besoin de louer des salles de réunion. Il arrivait que je ne puisse pas rentrer à mon bureau ou à la maison pour travailler. Je me retrouvais toujours dans des cafés, principalement des Starbucks, parce qu’il y en a partout. Je me suis vite rendu compte qu’il existait pourtant, toujours à moins de 500 mètres, un endroit cool et fait pour travailler mais pas assez visible. Et inversement, si tu sais qu’ils existent, tu ne sais pas forcément s’il ont de la disponibilité. L’autre problématique que je rencontrais était celle du paiement. Je n’avais pas toujours de liquide sur moi, et il m’était souvent difficile d’obtenir une facture.

Avec Daysk tout est simplifié. Tu réserves, tu payes en ligne avec ta CB et tu reçois ta facture en quelques clics. Aujourd’hui, tu peux réserver un taxi, rouler en scooters électriques, où tu veux, quand tu veux. Pourquoi ne pas faire la même chose pour les bureaux ?

Sur Daysk, il existe des emplacements bleus et roses, que signifie ce code couleur ?

Ben : Les emplacements bleus sont des endroits répertoriés et géolocalisés. Les curseurs roses sont les emplacements avec lesquels nous travaillons et qui peuvent être réservés directement sur Daysk. L’idée n’est pas de travailler avec l’intégralité des espaces d’une ville mais de disposer d’une excellente distribution de lieux afin que les gens puissent se déplacer dans des endroits à 5 ou 10 minutes de chez eux. Nous proposons des lieux très différents qui peuvent répondre à toutes les problématiques de nos utilisateurs.

Julien : Travailler dans un café, un centre d’affaires ou un coworking ce n’est bien entendu pas la même chose. Les trois sont des endroits dont nos usagers ont besoin à des moments différents. L’idée est de pouvoir maximiser ces combinaisons. On ne créé pas seulement de la proximité en terme de distance mais également par intérêt, en fonction des exigences de nos utilisateurs.

daysk coworking

Pourquoi avoir choisi Barcelone pour vous lancer ?

Ben : Il se trouve que Barcelone est une très bonne ville pour faire ce qu’on fait. Il existe énormément d’espaces de travail. C’est très développé ici. Les gens connaissent et utilisent les services des coworking. C’est aussi le berceau de grosses entreprises technologiques qui externalisent souvent leur département développement.

Quel est le profil type de vos clients ?

Julien : Nos clients actuels sont principalement des PME et des start-ups. La population freelance est un segment sur lequel on travaillera prochainement. Aujourd’hui, il y a pléthore de profils de clients potentiels sur lesquels nous sommes en train de nous pencher.

En effet, les start-ups prometteuses sont souvent confrontées à un problème de croissance. Comment louer des espaces adaptés quand la croissance va plus vite que celle des déménagements ? La problématique est similaire pour des entreprises qui veulent s’implanter dans une autre ville. Comment trouver des espaces sympas et adaptés quand vous ne connaissez pas l’environnement?

Daysk c’est finalement un peu la solution du bureau « plug & play » avec laquelle ils peuvent ajuster leurs espaces en fonction de leur croissance. La demande d’espace est assez variable : elle peut aller du granulaire (une heure de télétravail/semaine) jusqu’au mois complet renouvelable.

En tant qu’entreprise, puis-je accéder à l’application sur mon desktop ?

Ben : En effet, nous avons deux typologies de clients : les individuels (autonomo) et les entreprises qui gèrent un parc de travailleurs indépendants. Pour ces dernières, nous disposons d’un outil de management à part entière accessible en format desktop (ordinateur).

Les marques travaillant ainsi ont alors accès à un dashboard complet avec les comptes de leurs employés, les crédits, les recharges, les historiques de consommation…

Julien : Le boulot abattu par Ben est énorme, toute la partie outil de gestion des espaces, gestion de l’entreprise par le déploiement a été longuement pensée et réfléchie.

L’entreprise peut-elle créditer du crédit à un salarié ?

Ben : oui l’entreprise peut créditer du crédit à ses salariés. Ce crédit est variable et flexible selon les mois. L’entreprise peut ainsi tenir compte des congés et des absences. Ensuite le salarié peut dépenser son crédit comme il le souhaite, selon les espaces désirés.

Une entreprise peut-elle chapeauter plusieurs comptes ?

Ben : Oui bien sûr, l’idée est que l’entreprise soit un compte « parapluie » et qu’elle ait dessous tous ces employés avec un compte individuel. Notre objectif est d’aller plus loin que la simple présentation d’un listing d’espaces disponibles. Nous proposons aujourd’hui une offre  qui n’existe pas encore sur le marché espagnol et qui semble être attendue par les entreprises.

Julien : Toutes ces grosses entreprises qui ont une politique de mobilité et souhaitent donner la possibilité à leurs employés de travailler en dehors du bureau n’ont pas forcément les outils pour le faire de la bonne manière où craignent de ne pas pouvoir réaliser un suivi sérieux. Avec Daysk, on leur offre cette solution.

location de salle

Rentrez-vous en concurrence directe avec des acteurs tels que Regus ?

Ben : Nous on est agnostiques du point de vue des espaces, c’est à dire, que REGUS aurait sa place sur notre plateforme par exemple. Nous sommes simplement le point de connexion entre les espaces et les professionnels. Notre idée est de pouvoir faciliter toute la logistique des professionnels (entrepreneur, freelancer, start-up ou entreprise).

Julien : Nous connectons nos acteurs avec tous types d’espaces. Ainsi une entreprise peut offrir l’espace de ses locaux qui ne sont pas utilisés et de cette manière améliorer sa rentabilité. Des espaces de coworking identifiés comme tels, des cafés ou même des hôtels mettent leurs salles de réunions à disposition… Finalement Daysk devient un visa pour n’importe quel type d’espace, quand et où tu en as besoin.

Où êtes-vous implantés aujourd’hui?

Ben : Nous sommes sur Madrid, Barcelone, Majorque et Malaga. On regarde pour s’implanter à Paris et à Toulouse. L’idée c’est de faire quelque chose de global.

Julien : Nous sommes face à une double croissance. Pour ouvrir de nouveaux marchés, nous avons besoin d’espaces mais aussi de personnes pour les réserver. Donc on anticipe la demande et on consolide l’offre.

Que est votre business model ?

Julien : On laisse les espaces de coworking appliquer les tarifs qu’ils souhaitent et on prend une commission pour chaque deal entre l’utilisateur Daysk et le coworking. On marge sur le coworking. On est dans un modèle hybride où les prix affichés sont ceux qui sont publiques. Ainsi l’effet bulle qui fait que les clients contactent directement l’espace n’existe pas.

La perte que cela génère pour les coworking est inférieur au coût qu’ils devraient dépenser pour acquérir de nouveaux utilisateurs.

Objectivement, 1/5 des espaces de travail sont vacants. Daysk leur fourni plus de clients en baissant la logistique parce qu’ils n’ont pas de captation, pas de paiement et pas de facture à faire. Ils gagnent en temps et visibilité. C’est là où notre équilibre est vertueux. A terme, il y aura des services additionnels qui viendront s’ajouter.

Quel est votre stratégie marketing et communication ?

Julien : Nous sommes encore une jeune startup. Nous n’avons pas vraiment investi les segments de la visibilité et du branding. Pour le moment, nous sommes encore dans une phase initiale, où la relation avec nos clients nous renseigne sur le positionnement à adopter en terme de communication.

Nous commençons à bénéficier du bouche à oreille, ce qui nous permet de gagner en crédibilité. Nos premiers clients sont finalement les meilleurs ambassadeurs.

On aimerait mettre en place une stratégie de communication à 360°. On prendra certainement une orientation content marketing. En effet, nous avons une vraie autorité sur le secteur concernant la flexibilité du travail. On envisage également de créer des événements à petite échelle avec des plateformes comme meetup, pour générer du networking. Enfin, comme beaucoup de start up, on envisage de réaliser une grande campagne d’acquisition online via les réseaux sociaux.

CEO Daysk

Avez-vous un soutien de la ville ?

Julien : Pas vraiment. Mais nous avons pas mal de contacts avec des réseaux d’entrepreneurs. Les réseaux sont un levier de déploiement formidable pour notre service. D’autres deals sont en discussion pour mettre en place la distribution de l’application via des réseaux, notamment celui de la Frenchtech où le besoin est clairement identifié.

Qu’est ce qu’on peut vous souhaiter ?

Ben : Que notre aventure continue de croître, que les gens continue de nous dire que c’est une bonne idée. Il faut désormais que les entreprises qui sont hyper charrettes avec des employés en plus et des espaces en moins sachent qu’elles ont une vraie solution avec Daysk.

CTO Daysk

Où vous voyez-vous dans 5 ans ?

Ben : Avec des bureaux dans pleins de pays, des gens qui réservent toute la journée, une équipe de développeurs en béton armée…

Julien : Je crois qu’on a une vraie opportunité de changer la façon dont les gens travaillent. Pourquoi ne serait-on pas le prochain Uber ou AirBnB pour les espaces de coworking ? (rires). Je pense que c’est sûrement le mieux qui puissent nous arriver.

Avec Daysk nous aimerions mettre un bon coup de pied dans la fourmilière et permettre à tous type de travailleurs de sortir de leur bureau et de rencontrer de nouvelles personnes. Pourquoi rester prisonnier dans un bureau quand il existe des espaces de travail partagés où il y a tellement de talents qui ont tellement de choses à apporter ?

Daysk c’est savoir qu’à côté de chez toi, il y a plein de gens incroyables qui peuvent peut être te changer la vie en t’aidant sur des projets… C’est aussi gagner en qualité de vie, et éviter de perdre 1H de transport par jour. A bon entendeur !

BEINF25, le code pour tester DAYSK

Merci à tous les deux ! On vous dit BRAVO pour ce projet prometteur et cet enthousiasme. Pour vous permettre également d’expérimenter cette application innovante, nous vous offrons une réduction de 25% sur votre première réservation avec Daysk grâce au code BEINF25. Ce code est valable 1 seule et unique fois toute réservation confondue.

Chez BE INFLUENT, on aime particulièrement DAYSK pour…

  • Le concept innovant
  • Son nouveau souffle : Non, il n’est pas nécessaire d’être confiné dans un bureau pour bien travailler !
  • L’application pratique et facile à utiliser
  • La mise en relation de talents que facilite Daysk
  • La liberté de travailler où l’on veut, quand on veut
  • Les deux fondateurs pour leur vision et leurs valeurs humaines

Bonne chance DAYSK ! 🙂

One Comment

  • Interview Barcelona Wink - Be-Influent

    […] Si vous aviez loupé l’interview de Julien et Ben à propos de leur application adaptée au travail mobile, c’est par ici : Daysk […]

Post A Comment